Cuisine, Jardin

De la cuisine au jardin

La journée des courges à la maison.

De la cuisine au jardin

Il me restait des courges spaghetti, une courge poivrée et une citrouille sous le lit.

Des courges, ça se conserve longtemps si la queue n’est pas coupée et qu’elles sont bien entreposées. Moi, je fais comme dans l’ancien temps, je les place sous le lit ou dans le garde-robe.

On a donc cuisiné en famille.

De la cuisine au jardinDe la cuisine au jardinù

Semences hybrides

Il est rare que l’on puisse conserver les graines de courges d’épicerie pour les semer au jardin parce que, souvent, ce sont des graines qui ne peuvent être reproduites, des semences dites hybrides. C’est une réalité assez peu connue des non-jardinier (Moi-même, il n’y a pas si longtemps. Le fait de vivre en région m’a ouvert les yeux sur bien des réalités peu reluisantes.), mais qui démontre un aspect assez puissant des monopoles de semenciers.  Selon le site Inf’OGM: « Aujourd’hui, 75% des semences potagères vendues dans le monde sont produites par cinq multinationales ». Ces oligopoles gardent le contrôle en ayant des droits sur les semences et en produisant des semences qui ne sont plus fécondes après un cycle légumier. Cela veut dire que les agriculteurs doivent donc leur en acheter chaque année pour pouvoir produire.

OLIGOPOLE, subst. masc. ÉCON. Forme de marché dans lequel un très petit nombre d’entreprises ont le monopole de l’offre d’une marchandise ou d’un service et sont ainsi soustraites au régime de libre concurrence.

Pour plus d’informations à ce sujet voir, entre autres, sur le site d’Inf’OGM:

http://www.infogm.org/5119-hybrides-F1-outil-efficace-pour-mettre-les-paysans-sous-dependance

Contrôler les semences, c’est contrôler ce qui est le plus essentiel à l’être humain: se nourrir. Et je crois que les gens devraient être informés de cette réalité pour comprendre un peu mieux le monde dans lequel nous vivons actuellement et pour comprendre que, pour certains, le fait de  jardiner est un acte de résistance. En utilisant des semences biologiques issues de cultures locales, ou du moins non-hybridées, les jardiniers avertis contribuent à préserver la liberté et la production d’espèces libres de droit ainsi que la variété des espèces qui seront peut-être moins productives, mais qui méritent néanmoins d’exister en contribuant à la biodiversité nécessaire à la  vie! Et oui, on peut cultiver et apprendre à produire et conserver les semences pour utilisation future.

Alors pour moi, cette graine est précieuse. Très.

Et je la garde.

De la cuisine au jardin

De retour à la cuisine

Les enfants m’aident avec beaucoup de plaisir. On coupe la courge en deux et on fouille pour extraire toutes les graines.

De la cuisine au jardin

À la fin, on a un bel éventail de graines qu’il faudra bien laisser sécher avant d’entreposer.

De la cuisine au jardin

Au jardin

Par contre, comme l’explique Yves Gagnon dans son merveilleux livre La culture écologique des plantes légumières, publié par Les Éditions Colloïdales: « Toutes les courges étant monoïques, la fécondation des fleurs repose sur le travail des insectes. Comme ces derniers raffolent de leur nectar et de leur pollen, les chances de croisement entre cultivars sont élevées. Pour produire des semences d’un cultivar de courges et conserver ses caractéristiques génétiques, il faut cultiver un seul cultivar par espèce, car tous les cultivars membres d’une même espèce peuvent se croiser entre eux. »

Ce qui veut dire que si l’on garde les graines de courges qui ont été cultivées avec d’autres sortes de courges, il n’est pas garanti que la graine donnera la sorte de courge voulue. Mais, moi ça ne me dérange pas dans ce cas, car j’aurai des courges surprises au final! Le jeu avec les enfants sera de semer et de voir pousser. Et les courges se mangeront quand même.

De la cuisine au jardin

Voilà! Il ne reste plus qu’à faire cuire les courges au four pendant environ une heure à 350 degrés Fahrenheit. La courge musquée (la orangée) deviendra de la purée, la courge spaghetti sera servie au souper avec de la sauce à spaghetti et gratinée, après l’avoir bien grattée avec une fourchette pour détacher les fibres de sa chair. Un régal!

La citrouille, quant à elle, sera transformée en « maison pour les mouches » à la demande de ma fille de 2 ans et demi! À la vue de la citrouille, elle a tout de suite pensé à l’Halloween, même en avril et je ne sais pourquoi a eu cette idée bien farfelue de maison pour les mouches!!

De la cuisine au jardin

Les paniers ASC (agriculture soutenue par la communauté)

Avez-vous votre fermier de famille? Si vous n’avez pas la chance ou le temps de cultiver vos légumes, un abonnement à leur paniers de légumes est une option profitable pour votre famille qui sera nourrit de bons et sains légumes frais en été et à l’automne et aussi profitable pour l’économie locale et l’environnement.

Comme j’adore jardiner, mais qu’avec deux jeunes enfants c’est un peu plus compliqué, les courges en vedettes dans cet article proviennent des jardins de nos fermiers de famille de l’été dernier.

Karine et Jonathan

de la ferme KAJO

 

Si vous habitez près de Gaspé ou Percé, je vous invite à aller voir leur site: http://www.fermekajo.com  ou leur page facebook: Les Productions maraîchères KAJO. C’est justement le temps de réserver son panier pour la saison 2016.

Pour les autres, vous pouvez consulter le site d’Équiterre http://www.equiterre.org/solution/paniers-bio  pour connaitre les fermiers de famille près de chez-vous.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s