Nature

Un dimanche à l’érablière

Nous avons bien de la chance de vivre en pleine nature. De pouvoir partir directement de la maison pour aller faire une balade en raquette ou simplement aller pique-niquer à l’érablière avec des ami.e.s durant les belles journées de printemps. Rien de mieux pour profiter de ces superbes journées où nous souhaitons rester à l’extérieur pendant des heures afin de célébrer le retour du soleil chaud et caressant.

Par le passé, nous avons entaillé les érables comme au bon vieux temps avec chalumeaux et chaudières. Nous allions toutes les fins d’après-midi en raquette chercher l’eau d’érable. Nous le referons sûrement un jour. Mais, pour l’instant, la réalité est qu’avec deux jeunes enfants, il est plus difficile de faire les sucres. Je n’y renonce pas mais je sais être patiente, – ou plutôt, je l’apprends par la force des choses!-  En attendant, nous faisons du troc avec un ami du village: mécanique contre sirop.

IMG_20170319_205800_26_1
Petit dimanche délicieux entre ami.e.s.

En attendant de partager cette tradition avec nos enfants, nous nous y rendons pour relaxer et apprécier le lieu et le temps parfait. Soleil, neige pour jouer, chaleur, et surtout, sans moustiques pour nous dévorer. On y invite des ami.e.s et on fait des pique-niques et des feux. La Pura Vida comme on dit au Costa Rica. La Grosse Vie Sale comme on dit au Québec!

Il fait assez doux pour manger dehors et Stéphane nous y attends avec son feu et ses saucisses pas du tout bio ni santé! Et moi j’apporte le ketchup bio, des muffins maison, un concombre bio, des clémentines et du kombucha.

IMG_20170319_205653_24_1
Notre BBQ portatif sous fond de branches de sapin, pour le confort du cuisinier.

Pour un pique-nique zéro déchet et pas trop compliqué, rien de tel que des assiettes entièrement naturelles que Stéphane va nous bûcher directement sur son bouleau fraîchement abattu pour le bois de chauffage de l’an prochain.

IMG_20170319_205721_25_1
Allez papa, bûche nous une tite assiette!

C’est l’idée de papa de nous faire de si belles assiettes. Et moi, je me dis que c’est merveilleux que nos enfants assistent à autant de créativité et de débrouillardise. On a pas d’assiettes? Qu’à cela ne tienne, nous en bûcherons une et la brûlerons ensuite pour attiser notre feu.

IMG_20170319_205541_22_1IMG_20170319_205615_23_1

Les enfants sont heureux comme des petits lutins en forêt avec leur assiette qui sort de l’ordinaire.

IMG_20170319_205400_19_1

Les garçons en profitent pour aller s’installer confortablement en petit conciliabule d’enfants.

IMG_20170319_125217520_1_1
Un tronc d’arbre comme table.

Miam! Manger dehors, dans la neige. Le paradis, le calme et le repos pour tous. Franchement, le printemps est ma saison préférée pour ce genre d’activité.

IMG_20170319_151515369_8_1
Même notre chien, Junior, en profite pour « chiller« .  

Et après un bon repas, rien de tel que de bouger pour digérer. Papa s’empresse d’aller pelleter le toit du chalet et les enfants sont trop heureux de pouvoir grimper sur le toit! Il y a tant de neige que les parents ne sont pas inquiets de voir les enfants tomber. Le monde est beau pour tous!

IMG_20170319_131054229_HDR
Sur le toit du monde des enfants.

Avez-vous déjà remarqué à quel point les enfants ont besoin de grimper, sauter, bouger? Mais surtout, ils ont besoin de défis. Ils ont besoin de mesurer leurs capacités et habiletés. Ils ont besoin de confronter leurs peurs. Et ils ont surtout besoin qu’on les laisse faire. Que le monde d’aujourd’hui est devenu dangereux… Comme la sécurité et la peur ont remplacé la confiance et la débrouillardise. Il faut s’ouvrir les yeux et accepter que le monde est un endroit merveilleux pour développer la confiance en soi et la maîtrise corporelle d’un enfant à condition qu’il ne soit pas surprotégé. Dans une formation en-ligne sur le jeu libre avec l’université de Trois-Rivière, les chercheurs démontraient que les enfants aujourd’hui n’avaient plus accès à de véritables défis physiques (par exemple dans les parcs de jeux) parce que la question de sécurité avait pris une ampleur presque dramatique et que cet état de fait était néfaste pour leur développement. Et que souvent, les torts causés au développement de leur potentiel étaient plus grands que les risques réels encourus, minimes et somme toute assez rarissimes (entorses, petits bobos, et même fractures). Sécuriser et protéger ne devrait pas aller de pair avec empêcher. Alors moi, chaque fois que la situation se présente, j’essaie de faire la part des choses entre une réaction basée sur la peur et celle basée sur la sécurité réelle.

Et à force d’observer les enfants dans un climat de liberté non fondé sur la peur, je m’aperçois que les enfants (pas les bébés) savent d’instinct  ce qu’ils sont capables de faire ou d’essayer et que souvent, seule notre présence bienveillante est requise. Et c’est ce que les chercheurs observent aussi.

IMG_20170319_132543768_3_1
Joie de prendre des risques et de confronter sa peur.

Alors, laissons les enfants sauter des toits enneigés tout en assurant une présence bienveillante et sécurisante. Profitons-en pour observer comment s’y prennent nos enfants pour gérer leur propre prise de risque. Vous serez surpris de voir comment ils connaissent leurs limites. Pratiquons-nous à lâcher un peu de lest sur la sécurité absolue lorsque les apprentissages et le plaisir encourus dépassent le risque réel de danger.

IMG_20170319_132626821_4_1       IMG_20170319_132633708_5_1

Sauter, mais grimper aussi.

IMG_20170319_205147_17_1
Grimper aux arbres c’est génial!

Faire confiance aux enfants, c’est aussi les laisser s’occuper d’un feu en notre présence. Une présence qui observe, explique et soutient.

IMG_20170319_205230_18_1
La fierté de s’occuper d’un feu égale le sentiment de savoir que nos parents nous font confiance.

Permettre à l’enfant de développer ses capacités à travers des situations de vie réelle qui deviennent normales et non des interdits qui attisent le besoin de découvrir en cachette loin des adultes. Faire confiance aux enfants et les accompagner de notre présence bienveillante dans leurs découvertes permet de développer des liens de confiance dès la jeune enfance. Ces liens qui permettront plus tard des relations saines avec les parents qui deviendront des adultes signifiants, des complices plutôt que des ennemis à éviter.

IMG_20170319_140706647_1_1
Mon arbre de sérénité et de force. La maison des fées de l’érablière.

On continue la promenade vers le cœur de l’érablière et on en profite pour aller saluer MON arbre, le vieux sage merisier de la forêt. Il symbolise pour moi le calme et force tranquille de la nature. Je ne le visite qu’au printemps, lors de nos escapades à l’érablière, mais tout le long de l’année, je sais qu’il est là, majestueux et imposant.

IMG_20170319_204935_15_1
Stéphane prépare un autre feu pour le dessert!

Les enfants adorent observer comment on fait un feu. Tant mieux car ils apprennent par observation!

IMG_20170319_204621_13_1
Le dessert tant attendu: des guimauves de feu de camp.

Un pour tous et tous pour un!

Petit moment d’amitié avant de se régaler des inévitables parce que traditionnelles guimauves de feu de camp.

IMG_20170319_204433_11_1

L’amitié c’est sucré et doux comme cette journée parfaite entre amis.

IMG_20170319_144301247_7_1

Et même si parfois l’amitié enfantine se colore de noires chicanes, chacun la déguste pareil car il en connaît le goût délicieux et irremplaçable.

Merci les amiEs et merci la vie pour ce dimanche si parfait!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s