Nature

Une coccinelle sur la neige

Ici, c’est encore l’hiver. La neige fond lentement, les bancs de neige sont encore imposants comme des icebergs, même si l’on se doute que leur face cachée cède peu à peu sous le printemps qui s’annonce malgré tout.

C’est pourquoi j’ai été bien surprise que Sarah-Jeanne trouve une petite coccinelle dans le salon. Suivant l’enthousiasme des enfants, j’ai vite proposé d’observer cette petite créature avec la loupe. J’ai aussi proposé de sortir le  cahier de petits travaux – le cahier « porte-folio » des enfants – afin de dessiner la coccinelle telle que nous l’observons.

img_20170309_134722.jpg
Toshan observe la coccinelle avec sérieux.

LE JOURNAL D’OBSERVATION DE LA NATURE

le dessin d’observation constitue une excellente porte d’entrée pour l’observation autonome de la nature et pour  stimuler l’acuité des sens en éveil. Charlotte Mason, une pédagogue réputée dans le homescholing, recommande d’ailleurs d’utiliser ce rituel de manière hebdomadaire en utilisant un journal de bord entièrement dédié à cette activité – pour plus d’infos voir l’article anglophone Our Nature journals du site Charlotte Mason Help.

À voir l’enthousiasme des enfants pour cette activité spontanée, je vais songer sérieusement à leur procurer à chacun un petit cahier qui ne servira que pour le dessin d’observation et puisqu’il est recommandé que l’adulte en tienne un aussi, je m’en achèterai un pour moi.

img_20170309_140623_846.jpg
La loupe grossit l’image, mais, selon moi, elle sert aussi d’objet séduisant qui concentre l’enfant sur le sujet soumis à l’observation.

EN ACTION

Suite à notre observation minutieuse et tumultueuse – il n’y avait quand même qu’une coccinelle à observer pour deux enfants affamés de découvertes -, j’ai proposé aux enfants de dessiner la coccinelle. On s’est tout d’abord interrogé sur les couleurs dont nous aurions besoin. « ROUGE! NOIR! », crient d’enthousiasme frère et sœur en chœur … « BLANC, pour les yeux », s’exclame Sarah-Jeanne, 3 ans.

img_20170309_134804.jpg
Sarah-Jeanne commence par un giroulis.

Le giroulis, terme inventé par Arno Stern, le père de la Formulation et du Jeu de peindre – que j’ai eu la chance d’entendre au Congrès de l’écologie de l’enfance l’automne dernier à Montréal  et dont je vous parlerai très certainement dans un futur article-, remplace les très condescendantes appellations gribouillis et barbouillage. Pour l’instant je résumerai brièvement en disant que le giroulis est le  premier geste graphique universel des enfants.

IMG_20170309_134837
Le dessin en progression de Toshan, 5 ans

Ce qui apparaît en deuxième lieu, après le corps rouge, c’est les deux points noirs que l’on aperçoit sur le dos de notre amie Lilu, comme l’a baptisé Toshan.

IMG_20170309_134908.jpg
Phase 3

Les pattes apparaissent ensuite.

Le nombre de pattes m’importe peu, le but recherché en apprentissage autonome c’est l’intérêt et l’appropriation du sujet. Et je me permet ici de citer un extrait du livre  de Bernard Collot, que j’ai dévoré, La pédagogie de la mouche et qui est selon moi un incontournable pour tous ceux intéressés par l’éducation.

Voici:

« Que l’enfant sache qu’une mouche a 6 pattes ou des yeux à facettes n’a strictement aucune importance. Je répète : N’A STRICTEMENT AUCUNE IMPORTANCE ! Les connaissances en elles-mêmes n’ont AUCUNE importance. Elles ne seront que des CONSÉQUENCES d’une construction de la personne, des capacités d’appréhender un environnement, appréhender des informations, les transformer, les coder, les traiter, les comparer, les transmettre …. Pourquoi n’est-ce toujours pas évident ? pourquoi sommes-nous si obnubilés par les connaissances ? Et surtout par leur acquisition programmée, compartimentée, codifiée, dirigée, contrôlée .. alors que toutes les études sérieuses ont démontré que l’énergie dépensée pour ce faire était de plus inutile à 99%. Je sais bien que la question est d’ordre … politico-socio-philosophico-religieux ! mais tout le monde fait semblant de croire qu’il s’agit de pédagogie !Pauvre enfant, pauvre Homme ! »

extrait du livre La pédagogie de la mouche de Bernard Collot

Un autre article en vue ! Un livre simple, concis et passionnant!

IMG_20170309_134618
Sarah-Jeanne et sa moustache de chocolat chaud!

Viennent ensuite les yeux.

IMG_20170309_134651

Et les antennes.

On a pu observer les ailes quand la pauvre petite a tenté de fuir, mais un peu plus difficile à dessiner.

IMG_20170309_134459.jpg
L’oeuvre finale de Sarah-Jeanne, 3 ans 1/2.

En haut à gauche, c’est l’écriture de Sarah-Jeanne pour écrire son nom et le nom de la coccinelle. Interdit que moi je puisse écrire sur sa feuille.

IMG_20170310_161813
L’oeuvre finale de Toshan, 5 ans.

Toshan dit toujours qu’il n’aime pas dessiner. Il prend rarement un crayon et participe peu aux ateliers de peinture ou de dessin. Par contre, le dessin d’observation l’a fasciné et il a foncé droit devant lui sans penser qu’il ne savait pas dessiner. Sûrement son côté scientifique qui surgit. Un outil merveilleux pour apprendre à aimer dessiner pour lui qui aime observer et analyser.

img_20170309_134538.jpg
Toshan, sachant que la coccinelle a besoin d’air, fait des trous dans le couvercle.

Évidemment, les enfants veulent conserver cette bestiole fascinante! « On va la mettre dans un pot et rendu à l’été elle va sortir et marcher dans le gazon », dit Toshan avec sérieux.

Sarah-Jeanne pour sa part continue ses explorations en mettant la dite coccinelle sur sa bedaine et l’observe avec la loupe.

Le chat intrigué s’approche pour voir ce qu’il se passe de beau à la cuisine. Et Toshan d’observer: « Même le chat est impressionné! »

Il s’inquiète alors du sort de sa nouvelle amie Lilu et conclut philosophiquement:  » Quand j’étais petit je protégeais le chat du chien et maintenant je protège la coccinelle du chat! »

Mais, malheureusement pour la nouvelle amie, Toshan n’a pas pu la protéger d’eux-mêmes car dans leur zèle et leur amour pour la pauvre bestiole ils ont fini par la faire mourir sans le vouloir. Comme dans toute bonne histoire entre insectes et enfants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Publicités

1 thought on “Une coccinelle sur la neige”

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s