Jardin

Le temps des sucres DIY de la maison

En Gaspésie, c’est encore le temps des sucres (presque terminé au moment de publier ces lignes). Les gars du coin qui font leur sirop trouvent que cette année, les érables ne coulent pas beaucoup. J’espère qu’ils couleront assez pour recevoir nos trois gallons annuels que nous échangeons à un ami producteur contre services de réparations mécaniques faites par Stéphane. Mais en attendant, nous nous amusons avec les enfants à entailler nos érables et à faire aussi un peu de sirop. Juste pour s’amuser et apprendre.  Un jour, nous en ferons peut-être plus… il s’agit d’avoir le temps!

Par une journée de beau temps, nous préparons nos chaudières à l’ancienne et les chalumeaux, on rentre le tout avec les enfants, le chien, le pique-nique dans la van et on part à l’érablière un peu plus bas dans la côte.

Les chaudières à l'ancienne

Les jolis chalumeaux qui n’attendent qu’à être utilisés. J’aime ces vieilles chaudières de métal avec leur chalumeau et leur couvercle qui s’insère avec une broche.

Les chalumeaux

Je me sens plongée dans l’époque pas si lointaine, où au Québec, dans chaque ferme, le printemps égalait temps des sucres. Pendant quelques semaines, toute la vie se déroulait autour de cette activité saisonnière. Le temps où la vie suivait le rythme des saisons et où l’on avait le temps et les connaissances pour s’auto-suffire. Une époque qui générait aussi très peu de déchet. Et avec du sirop d’érable, nul besoin de sucre raffiné qui est un grand danger pour la santé. La drogue de l’instant. C’est pourquoi nous voulons produire notre sirop d’érable dans notre vision à long terme d’autonomie alimentaire. En attendant que les enfants grandissent, nous avons opté pour un système de troc. Mais cela ne nous empêche pas de nous amuser et d’y initier les enfants.

Entaillage

Un trou au vilebrequin

Sous le regard curieux et attentionné des enfants, Stéphane procède à l’entaillage avec un vilebrequin. Anecdote: Pendant que l’on marche pour choisir l’arbre à entailler, j’entends Toshan qui essaie de dire le mot: Un vile requin, non un requin ville. » Moi: « Un vilebrequin? » Toshan: « Oui, oui, un vilebrequin! »  L’apprentissage des mots savants en contexte. La meilleure manière d’apprendre pour se souvenir.

Premièrement, bien choisir l’arbre. Il doit faire au moins 30 cm de diamètre. Mettre un ruban à 6 cm sur une mèche de 5/16 ou 7/16 afin de savoir jusqu’où percer. Suivre ce lien  de wiki How pour obtenir plus d’informations pertinentes pour les débutants qui voudraient s’y mettre: Méthode d’entaillage.

Installation de la chaudière

Toshan installe la chaudière.

Installation du couvercle

Installation du couvercle par un petit monsieur qui prend son rôle au sérieux. Mine de rien: activité de motricité fine, car c’est tout un défi de faire passer la broche dans les petits trous et par en-dessous en plus!

Ça coule!

Les premières gouttes commencent déjà à couler. Miam!

Petite érablière

Il ne restera plus qu’à revenir pour recueillir notre eau d’érable, dans les quelques chaudières que nous avons installées.

Chaudière décorées par papa

Observons les jolies décorations au pochoir de feuilles d’érable que Stéphane avait fait il y a quelques années. Un artiste ce papa!

La récolte

Est-ce que l'eau d'érable a coulé?

On retourne quelques jours plus tard pour voir si l’eau d’érable a coulé.

Surprise, plein de belle eau sucrée

Surprise, plein de belle eau sucrée.

Sarah-Jeanne veut goûter tout de suite             Miam!

À pleine main dans le sceau pour déguster. Miam!

Du hareng fumé et refumé!

Tant qu’à être dans le bois, aussi bien se faire un feu. Papa en profite pour faire chauffer son hareng fumé.

Oeuvre éphémère

Pendant que Toshan en profite pour faire une oeuvre éphémère avec les arbres abattus par papa pour éclaircir la forêt et préparer le bois de chauffage de l’hiver prochain. Une autre activité d’auto-suffisance que l’on pratique à la maison qui demande bien du travail et du temps.

Les branches debout
Les branches debout pour sécher. Oeuvre de Toshan.

Faire bouillir

Faire bouillir l'eau

Installation maison extérieure toute simple pour faire bouillir l’eau d’érable. Nous avons décidé finir de bouillir à l’intérieur pour accélérer le processus.

Presque de la tire

La première fois, Stéphane a dépassé légèrement le temps et oups, le sirop était presque devenu de la tire. Mais, oh, combien délicieuse!

Du sucre d'érable

Et, surprise! À force de brasser le sirop pour en manger, il s’est transformé en sucre d’érable! Délicieux aussi! Le généreux Toshan a voulu en conserver pour donner à sa mamie et son papi lors de notre visite en ville. Une belle attention!

IMG_20170421_180846_789_13_1

Et d’un jour à l’autre, nous avons récolté assez d’eau pour se faire quelques tasses de sirop d’érable… trop bon! J’ai hâte de pouvoir en faire assez pour notre consommation annuelle (pour nos trois gallons de consommation annuelle, il nous faudra 120 gallons d’eau d’érable, soit environs 30 entailles (en Gaspésie) – c’est pas si pire!). Et quand on fait quelque chose soi-même, le produit a un goût bien particulier: celui de la fierté mêlées d’efforts et d’amour pour ce que l’on fait.

Vive le temps des sucres. Vive la vie à la maison. Vive l’auto-suffisance. Gratitude.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s