Billet, Vestibule

Permaculture du bordel

Je ne suis pas une maniaque du ménage (heureusement pour moi!). Mais je me rappelle que, du temps où je n’avais pas encore d’enfants, j’aimais bien faire un beau ménage une fois par semaine. J’aimais ressentir le bien-être face à l’ordre apaisant résultant de mes efforts ménagers hebdomadaires. Mais maintenant, avec deux enfants en bas âges, c’est impossible. Surtout en vivant à la maison 24 heures sur 24 (ou presque). Impossible de penser réussir à faire le ménage complet de la maison en un avant-midi, ni même en une journée complète. Impossible même d’y rêver! Il faut oublier le fantasme de la maison « tout en ordre, partout et en même temps« ! Sinon, c’est le burn out garanti! Alors, je me console par l’humour en imaginant que le bordel peut aussi être envisagé du point de vue de la permaculture, tout comme on le fait pour le jardinage…

Voyons à quoi cela pourrait ressembler.

Limiter les interventions

En permaculture, on essaie de laisser la nature suivre son cours et de limiter les interventions.

C’est mon premier mot d’ordre dans ma permaculture du bordel:  LIMITER LES INTERVENTIONS!

Dans ma vie sans enfant, j’aimais bien (verbe au passé!) ranger la maison avant d’aller au lit. C’était somme toute assez facile puisque je rangeais, le plus possible, au fur et à mesure dans la journée. Si je tentais de faire cela aujourd’hui, je ne dormirais plus jamais et je ne ferais que ranger tout le temps! Je passerais mes nuits à ramasser, nettoyer, ranger, classer. Alors, je laisse aller. De même qu’en permaculture les allées et les buttes du jardin sont souvent en fouillis naturel, je dois accepter que la maison aussi.

Quand je me penche pour ramasser un objet échappé, j’en profite pour ramasser ce que je trouve à ma portée dans le périmètre de mes bras. C’est déjà beaucoup! Sinon, je passerais ma vie à quatre pattes!

Quand il y a un dégât, je lave le plancher dans le périphérie de l’incident! À force de dégâts, tout le plancher finira bien par y passer!

Si je décide que je laverai la salle de bain les jeudi soir, alors je la lave le jeudi soir. Même si le mercredi elle fait peur. Parce que sinon, je passerais mon temps à vouloir laver le comptoir, le bain, les miettes sur le tapis. Alors, si vous voulez voir la salle de bain propre, venez le jeudi soir ou le vendredi matin. Après, il est déjà trop tard!

Observation

En permaculture, il est recommandé d’observer la nature pour pouvoir mieux la comprendre et l’imiter. On peut ainsi voir comment les plantes évoluent et s’entraident entre elles. On appelle cela le compagnonnage.

Alors à la maison, j’observe le bordel.

Permaculture du bordel

En observant la photo de cette chambre qui a l’air bien à l’envers, je me rends compte que ce bordel est composé presque uniquement de livres. Si je range les livres dans la petite bibliothèque et qu’ils en ressortent aussitôt, cela veut sûrement dire que ces objets font d’excellents compagnons pour mes enfants et qu’ils les lisent pour de vrai puisque les livres ne peuvent sortir seuls des tablettes. Je me console alors en me disant que ce genre de compagnonnage est absolument gagnant pour mes petits curieux et qu’ils grandiront d’autant mieux et aimeront lire et apprendre.

IMG_20170206_123925_196

À la maison, les livres servent aussi à construire des routes ou à créer des installations sur la table de cuisine! Et un bordel de plus!

Permaculture du bordel.jpg

Un autre fouillis. Celui-ci m’indique que ma fille adore faire le yoga – elle sort son tapis toute seule mais oublie de le ranger- et que mon fils lit des Astérix en chaîne depuis plusieurs mois. Il y en a partout dans la maison! Cela m’indique aussi que je déteste mon plancher mais que le manque de temps nous empêche de le changer pour l’instant. Alors faut l’endurer (petite digression hors sujet)!

Certaines plantes ou fleurs sont de bonnes compagnes pour presque tous les légumes (elles favorisent leur croissance, les protègent de certains insectes indésirables). Je remarque que, dans la permaculture du bordel, les bas ou chaussettes esseulé(e)s sont de bons compagnons pour presque tous les objets puisque j’en retrouve toujours partout et avec tout. Associons donc les avec les jouets et tout sera parfait!

Permaculture du bordel.jpgAnalyse de cet autre bordel:

1- Miss fleur Sarah-Jeanne adore faire de petits sac pour faire des voyages, faire l’épicerie, promener son bébé. Il en résulte que dans ces sacs, se retrouvent une multitude d’objets disparates allant de sous grappillés dans le tiroir de papa jusqu’aux petits bouts de blocs lego, en passant par des babioles inutiles. Bien évidemment, mademoiselle laisse les petits sacs un peu partout au gré de ses voyages. Et jamais ne les vide. Et bien moi je les vide de temps en temps (la récolte!) et j’en profite pour ranger et classer les bons (genre mettre les sous dans la tirelire pour l’achat de la moulée de poule – notez le détournement de fonds) et faire disparaître les objets inutiles, désuets et ceux que je ne peux plus voir en peinture!

2- Voyez le livre ouvert. J’ai voulu le ranger. Mademoiselle m’a vertement tancée car j’avais perdu la page de son histoire. Comme quoi, une petite vie personnelle se trame derrière chaque bordel et qu’il faut bien faire attention de ne pas rompre l’équilibre naturel des choses!

3- Voyez le pyjama par terre. Il traîne. Mais il dit aussi que mes petites plantes enfants ne sont peut-être pas toujours alertes pour ranger mais qu’elles sont autonomes pour s’habiller depuis très longtemps et que leur croissance va bon train.

Utilisation d’un paillis

En permaculture, le jardinier utilise de la paille ou des copeaux de bois pour couvrir la terre afin de la garder humide (réduire les arrosages) et contrôler les herbes indésirables (réduire les interventions de désherbage).

Alors, j’ai décidé de faire la même chose. Je remarque que les vêtements épars sur le sol font un très bon paillis pour le plancher. Ils réduisent l’utilisation d’eau (on lave le sol moins souvent) et ils empêchent la poussière d’être trop visible (cela réduit la culpabilité de ne pas passer l’aspirateur assez souvent).

L’héritage des plants mères

Quand vient le temps de choisir les plants qui produiront les semences de l’année suivante (les plants mères), il est recommandé de choisir les plus sains et les plus vigoureux. Pour ce faire, il faut les observer et choisir selon l’héritage (vigueur, productivité, santé) que nous souhaitons pour nos futurs légumes.

Si j’observe les plants mères de mes enfants sous cet angle (le papa et moi), je peux déduire que l’héritage transmit par nous ressemble beaucoup à des gens non pas bordéliques, mais des parents qui ont toujours trois-quatre (ou plus) projets en allant. Jardinage, élevage d’animaux, ateliers parents-enfants, découvertes culinaires, blogue, travailleurs autonome, garder les enfants des amis mal pris, etc. Tout bouge ici et est en éternel commencement et construction. Voyez cette photo:

La permaculture du bordel.jpg

Juste avec cette image, on peut voir une partie des projets en progression:

-Le circulaire du BMR pour un article en vente que le papa doit aller chercher quand il trouvera la temps, mais avant la fin du solde;

-Un petit sac de mademoiselle Sarah-Jeanne à vider  dans mes temps libres;

-Mes pots Masson d’essais culinaires, tirés du livre de l’heure dans mon cœur: Les épluchures (dont j’ai parlé dans mon billet Une deuxième vie avant le compost et que l’on voit dépasser dans ma pile de livres sur la photo). Essais qui sont de la bière d’ananas faite avec l’écorce et des pelures d’oranges confites;

-Une liste pour les courses lorsque l’on ira en ville (on est en campagne à 20 minutes de la première épicerie).

-Mes lectures du moment: Play the forest school way (Un livre absolument inspirant pour mon nouveau futur projet que je prépare avec grande passion), mon livre coup de cœur: Les épluchures, mon agenda où je note tout ce que j’ai à faire afin d’avoir l’esprit libre même si bien occupé et mon cahier de note pour mon jardin (plan de jardin, achat de semences, dates des semis, etc.)

Et toute cette vie sur un mini bout de comptoir!!! Je ne vous parle pas des outils, de la véranda en perpétuelle évolution selon les projets et saisons, de la serre, et tout le reste! Fiou! Les enfants proviennent de ces plants mères actifs et curieux de tout faire et, bien évidemment, ils font pareil. Leur bordel c’est surtout leur grande soif d’explorer, d’essayer, de tester.

La permaculture du bordel
Toshan fait comme moi. Souvent je fais des recettes qui doivent mariner, reposer quelques jours. Lui, il fait des pots qui doivent rester sur le comptoir 15 ans comme il dit!

On veut aider à la cuisine, ce qui génère bien du bordel et souvent des dégâts, mais provoque aussi la vigueur, l’intérêt et l’apprentissage dans le plaisir.

On veut aussi aider au jardin, ce qui est salissant, ralentissant et propice au désordre, mais qui permet de créer un lien véritable à la nature, une connexion forte et saine avec la vie naturelle et le plein air. Des enfants travaillant et débordant d’enthousiasme pour les « travaux » de la vie quotidienne.

Et je ne parle pas des projets créatifs de peinture, pâte à modeler et découpage, car c’est un sujet en préparation qui viendra sur le blogue.

Et tout cela permis par l’acceptation (entendre lâcher prise obligatoire et forcé qui permet de garder la raison) du bordel dans notre vie. La récolte en vaut quand même la peine en voyant les résultats et les exemples d’autonomie, de curiosité naturelle, de soif de vivre et de créativité liés à la possibilité d’essayer mille et un trucs, même si parfois…. il m’arrive de n’en plus pouvoir et de devoir AGIR!

Intervenir au besoin

Ainsi, quand je commence à me préoccuper du désordre, j’essaie de me rappeler ses raisons d’être. Quand on aime faire et essayer pleins de choses, le temps qui est déjà précieux, le devient beaucoup trop pour le perdre à ranger!

Mais quand mon équilibre mental devient menacé, l’énergie en moi se concentre sur le ménage (en grand dans ces cas d’urgence) et comme mes enfants veulent tout faire, alors il n’est pas rare qu’ils sentent l’urgence d’agir et ils m’aident aussi à mettre le bordel dans mon ménage!

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s